127 Heures

127 Heures de Danny Boyle

Quand j’ai vu pour la première fois le pitch de 127 heures – l’histoire vrai d’un type qui s’est retrouvé la main coincée sous un rocher pendant cinq jours – j’étais plutôt dubitatif quand à l’intérêt de faire un film sur un sujet aussi mince. Pourtant, avec Slumdog Millionnaire, le réalisateur Danny Boyle a prouvé qu’il pouvait rendre exceptionnelle l’histoire la plus banale.

On commence donc par nous présenter le personnage d’Aron Ralston, véritable casse-cou, aventurier prêt à relever tous les défis et qui se croit invincible. Un personnage finalement peu attachant tant il est sûr de lui et orgueilleux. Après ces quinze minutes d’exposition, le film prend, à l’image de la vie du héros, un tout autre tournant lorsque survient le fameux incident.

Tout comme Buried l’année dernière ou Seul au Monde en 2000, 127 h est un film basé sur la solitude et l’isolement qui repose en grande partie sur le talent de son acteur principal. Ici c’est James Franco qui livre une incroyable performance alors que son personnage voit littéralement défiler des images de sa vie qui vont le conduire au fil du film à faire la seule chose possible, si terrible soit-elle, pour sortir de là. Une hallucinante performance d’acteur qui prouve que Franco est un excellent acteur souvent sous-exploité.

Une image parfaitement représentative du film

Malgré le côté un peu clipesque auquel nous a habitué le réalisateur, la mise en scène de Boyle est originale, efficace et appuyée par un montage rythmé qui présente des décors naturels magnifiques. Côté bande-son c’est un peu inégal avec des musiques parfois trop tonitruantes et pas vraiment adaptées à la scène. Le compositeur A. R. Rahman s’était montré plus inspiré sur Slumdog.

Au final, 127 h est un excellent film sur le courage et l’instinct de survie, un véritable hymne à la vie, l’envie de vivre et de faire quelque chose de sa vie et qui nous laisse face à une question primordiale : A sa place, est-ce qu’on l’aurait fait ?

J’écris des histoires, conçois des jeux depuis près de 20 ans et je réalise des courts-métrages. J’ai créé le Suniverse en 2010 pour partager ma passion pour l’imaginaire, mes hobbies et présenter mes différents projets artistiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Actualités

Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer