Pourquoi le NaNoWriMo n’est pas pour moi ?

2013-Participant-Square-ButtonComme annoncé début octobre, j’ai participé au NaNoWriMo durant le mois de novembre dernier. C’est donc l’heure du bilan. Contrairement à l’année dernière où j’avais arrêté le Nano après seulement une journée et moins de 1500 mots au compteur, j’ai cette fois-ci tenu globalement jusqu’au bout, même si le résultat n’est pas au rendez-vous. Car, oui, j’ai échoué au NaNoWriMo 2013 et n’ai pas atteint l’objectif des 50000 mots a écrire avant la fin du mois. D’un côté je suis déçu, car je n’ai pas réussi à « gagner » cette compétition d’écriture mais, d’un autre côté, je suis content car j’ai découvert que j’étais capable d’être productif quelques heures par jour, malgré dix premières minutes toujours difficiles le temps de se lancer!

Faire le Nano pour de bon cette année m’aura au moins permis de comprendre que cette compétition d’écriture n’était clairement pas faite pour moi. En effet, la cadence à tenir est bien trop intense par rapport à mon rythme de travail habituel. J’ai tendance à prendre mon temps pour trouver la bonne tournure de phrase, alors que le Nano demande simplement de pondre des mots au kilomètre sans forcément réfléchir à ce qu’on écrit.

Durant la première semaine de novembre, j’ai à peu près réussi à tenir les délais et à ne pas me laisser trop dépasser, mais j’ai vite fini par comprendre qu’il me serait impossible d’atteindre l’objectif des 50k mots à la fin du mois si je continuais comme ça. J’ai donc décidé de m’orienter vers un projet différent pour lequel je n’avais absolument rien préparé et pour lequel j’écrivais en free-style complet.

En quelques jours, j’ai bien fait grimper mon total de mots, mais je me suis vite lassé et ai fini par jeter l’éponge. Pourquoi? Parce que pour écrire des mots à cette fréquence (2000/h en moyenne), je n’avais clairement pas le temps de réfléchir à quoi que ce soit et j’écrivais de la merde! Et, vu le temps que je consacrais à cette activité au quotidien, j’ai fini par trouver qu’écrire n’importe quoi juste pour ajouter des mots au compteur, c’était un beau gâchis. Mon temps libre est trop rare et précieux pour que j’en fasse n’importe quoi, même pour un seul mois dans l’année. Le Nano avec son objectif de départ n’est donc pas pour moi.

Ça va faire 20 ans que j’écris et je ne manque jamais d’idées ou d’inspiration. C’est plutôt la motivation qui me fait défaut. Cette motivation qui permet d’avancer sur un projet, quel qu’il soit, et il faut bien avouer que depuis quelques années elle est assez fluctuante! Malgré mon échec dans cette aventure, ce NaNoWriMo m’aura au moins permis d’apprendre comment (re)trouver cette motivation, en partie grâce à l’émulation générée par un groupe, chacun  travaillant sur son projet respectif. C’est toujours mieux que rien.

J’écris des histoires, conçois des jeux depuis près de 20 ans et je réalise des courts-métrages. J’ai créé le Suniverse en 2010 pour partager ma passion pour l’imaginaire, mes hobbies et présenter mes différents projets artistiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Actualités

Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer